WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY


WASCAL Seat GHANA
WASCAL TOGO
WASCAL du BENIN
WASCAL SENEGAL
WASCAL Ghana: Kwame Nkrumah University of Science & Technology
Nigeria Futminna
Université Abdou Moumouni de Niamey
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY
WASCAL-NIGER | CLIMATE CHANGE AND ENERGY



© 2016 - WASCAL Niger, All rights reserved

West African Science Service Centre on Climate Change and Adapted Land Use

Designed by :


  Useful Links


Contact Us


For information, additional information on the program:


Tel.: +227 20 31 50 14 / 69 89 79 81

E-mail : drp-cce@wascal-ne.org

B.P: 10662 FAST Niamey

  

Programme International de formation _ITP WA2021-22/ Appel à candidatures

Chère Madame/ Cher Monsieur,

Les Programmes Internationaux de formation (PIF) constituent un des axes de coopération de l’Agence Suédoise de coopération au Développement Internationale (Asdi). Ces formations de courte durée (10-12 mois) sont organisées dans un certain nombre de domaines techniques et administratifs où la Suède a un niveau considérable d'expertise à partager avec ses partenaires. Le but du PIF est de soutenir et de renforcer une dynamique de changement au niveau institutionnel et sectoriel à travers les projets de travail proposés par les participants eux-mêmes.

Le Programme International de formation "Changement climatique - Atténuation et Adaptation" est mis œuvre par Institut Suédois de Météorologie et d’Hydrologie (SMHI) et il ouvre ses portes aux participants venant du Burkina Faso, du Niger, du Mali, du Bénin, de la Côte d'Ivoire, de la Guinée, du Sénégal, du Tchad et du Togo. Les participants ayant des formations diverses et provenant d’institutions gouvernementales, privées ou universitaires ainsi que des agences de protection de la société civile dans le domaine de la prévision, de l'alerte et de la gestion des inondations sont encouragés à postuler.

Pour des informations plus détaillées sur le programme 2021, y compris les instructions à suivre pour postuler, visitez https://tinyurl.com/ITP-WA

Alternativement, nous vous proposons en attachés au présent email, la brochure d’information sur le programme, le formulaire de candidature ainsi qu’un canevas pour votre proposition de projet de travail.

La formation se déroulera en Français et sera lancée à Niamey au Niger du 09 au 18 mars 2022, suivi par une phase de formation intensive à Norrköping, en Suède, du 04 au 20 mai 2022. La clôture officielle de la formation sera marquée par un séminaire de restitution en Afrique de l’Ouest du 21 au 25 novembre 2022. Ce calendrier pourrait changer dépendamment de l’évolution des mesures barrières à la pandémie Covid 19 aussi bien dans les pays participants qu’en suède.

La formation cible particulièrement les candidats qui occupent des postes clés au sein de leurs organisations, avec un haut potentiel d'amorcer un changement positif aussi bien au niveau local que national. Chaque organisation du candidat à la formation doit formuler un projet de travail qui sera développé tout au long de la formation. Le thème de ce projet doit préférentiellement être lié aux prévisions de crues et lancement d’alertes et/ou refléter les questions en rapport avec la gestion des inondations en Afrique de l’Ouest. L’utilisation entre autres du système FANFAR (https://fanfar.eu/) est un atout. Pour parvenir à un bon équilibre hommes/femmes, les candidatures féminines qualifiées sont particulièrement encouragées. Les organisations qui proposent des candidats avec un projet de travail en commun bénéficieront d’un avantage comparatif.

L’Asdi prend en charge les dépenses en rapport avec la formation, tels que les coûts liés à l’hébergement, les repas, les voyages internationaux en Afrique et vers la Suède (par avion), les conférences et diverses visites d’étude ainsi que certaines activités à caractère social. Les dépenses personnelles ne sont pas incluses.


La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 25 septembre 2021. Le dossier de candidature doit être directement envoyé au Secrétariat du Programme, exclusivement par e-mail à l’adresse climate_wa2021@smhi.se . Les candidatures reçues après la date de clôture ne seront pas considérées.

Accès à l’eau potable dans les quartiers périphériques de Niamey : Le projet LIRA partage les résultats de sa recherche

Le Vice-Recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, Coordonnateur du projet LIRA Pr. Adamou Rabani, était face à la presse le vendredi 16 juillet 2021, à la Maison de la Presse de Niamey. L’objectif de cette rencontre est de partager les résultats du projet de promotion de la Recherche Intégrée pour l’Agenda 2030 de l’Union Africaine (LIRA 2030) sur la « gestion des services d’approvisionnement en eau en milieu urbain et l’accès à l’eau potable dans le contexte de l’urbanisation en Afrique de l’Ouest : cas de la ville de Niamey ». Cette conférence a été organisée par l’Université Abdou Moumouni de Niamey en collaboration avec le Réseau des Journalistes pour l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement (REJEA).

Au cours de cette rencontre, le Professeur Adamou Rabani a entretenu les médias sur les conclusions des travaux de ses experts. Ainsi, les travaux de cette recherche ont relevé entre autres problèmes que les habitants des quartiers Lazaret, Kalley Plateau, Gabougoura, Kossey et Pays Bas peuvent être exposés aux risques des maladies liées à la consommation de l’eau non potable et manque des infrastructures d’hygiène et d’assainissement adéquates. L’étude a aussi ressorti la construction des points d’eau anarchique dans ses quartiers toute chose qui est contraire à la loi. C’est pourquoi, les conclusions ont mis l’accent sur des pistes de solutions pour les populations afin d’être à l’abri de tous ces risques. Toutes ces actions du projet visent à soutenir l’Etat du Niger dans la recherche des solutions durables aux préoccupations réelles des populations nigériennes. Notamment celles relatives à l’extension du réseau de distribution d’eau potable, au processus de mise en place des Addictions d’Eau Potable et les normes de construction des points d’eau privés.

Le projet LIRA est le fruit d’une collaboration entre les enseignants chercheurs de l’Université Abdou Moumouni (UAM) de Niamey et ceux de l’Université des Etudes de Développement (UDS) du Ghana. « Ce projet vise à analyser les problèmes d’approvisionnement en eau des deux villes et d’identifier des pistes de solutions durables. La finalité du projet est de rechercher les meilleures conditions pour que les principales parties prenantes du secteur et les autorités locales puissent capitaliser ensemble les résultats obtenus afin d’une part élaborer des interventions durables et d’autres part, lancer des actions communes de mobilisation de ressources pour améliorer la gestion et l’accès aux services d’eau potable dans les deux villes», affirmé le Professeur Adamou Rabani Coordonnateur dudit projet au Niger.

Au Niger, une étude a été conduite en 2019 par l’Université Abdou Moumouni de Niamey sur la desserte en eau potable dans la ville de Niamey en vue de s’imprégner des difficultés d’accès à l’eau des populations notamment dans les quartiers périphériques. Ce projet de recherche a permis de déceler des difficultés liées au manque d’assainissement autour des points d’eau, une couverture non effective de la ville par le réseau de distribution d’eau potable de la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN), l’utilisation de sources d’eau alternatives dont la qualité ne respecte pas souvent les normes de potabilité de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les aléas liés au changement climatique.

Cette étude menée sur trois (3) ans, a été appuyée par une tournée de sensibilisation des populations de plusieurs quartiers périphériques de la ville sur les dangers liés à la consommation d’une eau non potable. Cette caravane a été organisée avec l’appui du Réseau des Journalistes pour l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement (REJEA) partenaire stratégique dudit projet dans le domaine de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement au Niger.

SITE EVALUATION for GREEN HYDROGEN PROGRAM

On Saturday, 24th 2021, a site visit evaluation was held from 9h30am to 15h30 pm in the framework of the International Master’s Program in Energy and Green Hydrogen (IMP-EGH). This site visit was conducted by the Executive Director of WASCAL headquarter, the Experts team of the evaluation committee and the German partners from German Federal Ministry of Education and Research (BMBF). The aim of the visit is to assess the strength and weakness of the WASCAL DRP-CCE to host the new H2 program in the international standards.

The visit has started at the office of the Ministry of High Education, Innovation and Research with the warmed welcome to the delegation by the Ministry and the Team of WASCAL DRP-CCE. Prof. Rabani ADAMOU.

The Ministry have launched the visit of the National Agency of Solar Energy (ANERSOL), the School of Industrial Mining and Geology (EMIG) and the Faculty of Sciences and Techniques of Abdou Moumouni University (FAST/UAM).

At the end of this second visit, the participants returned back to the multimedia room for the final discussion on the evaluation.

The Director of WASCAL DRP-CCE Prof. ADAMOU Rabani in his presentation, made an overview of all available infrastructures of the consortium ANERSOL/EMIG/WASCAL to host the IMP-EGH program.

Dr Christoph ROVEKAMP representing German Federal Ministry of Education and Research (BMBF) expressed his view regarding the students hostels which needed to be at the level of international standard.

Taking the floor, Prof. Arona DIEDHIOU gave a general overview of the evaluation and his impression about the three sites. He has encouraged the consortium to find out a way to strengthen collaboration in the activities of IMP-EGH in all the aspect from the curricula to the laboratory practical activities.

Then, Pr. Daouda KONE, Director of Capacity Building stated that they are working to come out very soon with a Memorandum of Understanding (MoU) between the for WASCAL graduate studies program to be signed by the higher authority for the recognition of the two semesters that the four Master’s program will do here at WASCAL-UAM.

The Executive Director of WASCAL Dr. Savadogo Moumini took the opportunity to thank BMBF through Dr Christoph ROVEKAMP for the support to WASCAL and also congratulated WASCAL DRP-CCE for the work achieved in the PhD program and all the results obtained in the different activities of WASCAL in general.

The chairman of the session, Prof.ADAMOU Rabani restated the key points discussed and thanked the participants and gave the floor to Prof. MAMADOU Saïdou (chancellor of Abdou Moumouni University (UAM, Niamey) for final comments and the closing of the meeting.

  

Desserte de l’Eau en Milieu Urbain : Gestion participative et Intégrée des services d’approvisionnement en eau.

Le vendredi 30 avril 2021, s’est tenue dans la salle WASCAL de la Faculté des Sciences et Techniques (FAST) de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, la réunion de présentation des résultats de  l’étude sur la ‘‘gestion participative des services d’approvisionnement en eau dans le contexte d’une urbanisation galopante en Afrique de l’Ouest : cas de la ville de WA au Ghana et de la ville de Niamey au Niger’’.  Un projet financé par l’Agence Suédoise de Coopération pour le Développement International (ASDI) dans le cadre du programme ‘’Promotion de la Recherche Intégrée pour l’Agenda 2030 en Afrique’’. Cette rencontre a été présidée par le Vice-Recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey Pr. Rabani Adamou en présence du chef de projet Dr. Boubacar Ibrahim, du  Président du Réseau des Journalistes pour l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement M. Ousmane Dambadji, de la Directrice Régionale de l’Hydraulique de Niamey, du Directeur Général de la Société du Patrimoine des Eaux du Niger (SPEN), du Directeur d’exploitation de la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN), de la Coordonnatrice de l’ONG AGIR Plus 21, des Chefs coutumiers, des étudiants, des associations de la société civile et des journalistes.

Dans son mot de bienvenue, le Vice-Recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey a expliqué le choix des deux villes (Niamey et WA) pour la réalisation de ce projet en raison de leur réalité similaire en matière d’urbanisation galopante et des problèmes liés à l’accès à l’eau potable auxquels elles font face.  Cette étude couvrant les 5 arrondissements communaux de la ville de Niamey est coordonnée par l’université Abdou Moumouni de Niamey et l’Université de développement de WA au Ghana.

 Les travaux de la réunion se sont appesantis sur trois présentations relatives aux conditions d’approvisionnement en eau potable des populations de la ville de Niamey. Ces études ont permis de mettre en exergue les problèmes criards auxquels font face les populations de Niamey malgré les efforts consentis par l’Etat dans le secteur. Ainsi, trois quartiers ont été identifiés particulièrement vulnérables en matière d’accès à l’eau potable à savoir Pays bas, Tondigamey commune 4 et Kossey commune 5. A ce niveau, il faut noter la faible couverture en branchement sociaux, la mauvaise hygiène autour des points d’eau existant, la pollution de l’eau, les difficultés d’approvisionnement en eau qui est assuré à 90% par les femmes etc. L’occasion pour les chefs de ces quartiers de lancer leur cri de cœur aux autorités afin d’apaiser leur souffrance en matière d’accès à l’eau potable.

A l’issue de cette réunion, il a été relevé plusieurs difficultés qui entravent l’installation des infrastructures permettant de desservir les populations en eau potable notamment la mauvaise structuration de ces quartiers.  Enfin, plusieurs recommandations ont été faites afin d’améliorer la desserte en eau potable en faveur de la population de Niamey. Les responsables des services intervenants dans le secteur rassurent que leurs équipes travaillent afin d’apporter des solutions aux différentes préoccupations de la population de la ville de Niamey et au-delà les populations nigériennes. 

Pour rappel, après le lancement du projet en août 2019, un atelier regroupant les acteurs intervenants dans le secteur de l’eau au Niger a été organisé le 1erseptembre 2019. Les premiers résultats de l’étude menée ont été présentés au cours d’un atelier le 26 septembre 2020. Cette série d’activité a abouti au présent atelier regroupant tous les acteurs intervenants dans le secteur de l’eau au Niger afin d’apprécier les résultats définitifs de l’étude.